20160502_114412[1]

Énorme.

Non mais, vraiment. Parce qu'on pourrait se dire, ok, Olivier Norek fait partie de mes chouchoux, il est drôle, sympa, proche de ses lecteurs,...je vais manquer d'objectivité. Alors en débutant ma lecture, je pensais presque à détester d'avance, histoire aussi de ne pas risquer le divorce avant le mariage.

Et puis je l'ai ouvert, et voilà. Fichue. Commencé hier soir, terminé cet après-midi, et j'ai pourtant fait les courses, lancé le lave-vaisselle, fait une machine et une tarte aux tomates pour le dîner. Mais je m'égare.

Il faut dire que dès les deux premières pages, on comprend qu'on va avoir du mal à faire autre chose que se plonger dans Surtensions. A l'image de cette mise en bouche qui ne manque pas de sel, le reste est un régal pour les amateurs de polar. Un scénario percutant et original, un Victor Coste plus torturé et attachant que jamais, des dialogues jouissifs, le tout ficelé d'une connaissance du milieu policier et de la justice qui apporte indéniablement un grand plus au roman.

J'ai adoré les petites phrases en début de chapitres, qui m'ont rappelé W3 des CamHug, et ce n'est pas leur seul point commun : derrière ces scénarios de fiction se trouvent des auteurs engagés, dont le but n'est pas seulement de nous divertir, mais de dénoncer les dysfonctionnements d'une justice qui va mal. Dans Surtensions, les raisons de se révolter sont innombrables, et même si ça pique les yeux (enfin surtout l'âme), j'aime cette idée d'un polar qui va au-delà de l'enquête ou de la psychologie du tueur, et donne à réfléchir.

Vous l'aurez compris, Surtensions est un grand coup de coeur (pardon à mon chéri), et j'ai déjà grand hâte de lire à nouveau Olivier Norek, dont le style s'affirme dans ce troisième roman, le plus abouti à mes yeux dans le registre du polar intelligent et addictif.

20160502_202218[1]

Pour la recette...ma Tarte aux tomates, obligée ! Tout simplement parce que c'est ce que j'ai eu envie de cuisiner en lisant Surtensions, que c'est frais, goûteux, et que les tomates, c'est la vie quoi.

Il vous faut :

  • Une pâte brisée ou feuilletée selon votre goût (comme je ne peux toujours pas donner la super recette de Belle-Maman, vous pouvez toujours utiliser une pâte toute prête, ou trouver facilement une recette)
  • Des tomates, le nombre dépend de leur taille mais je dirais au moins 6 si elles sont de taille moyenne
  • De la moutarde
  • Des échalotes ou de l'ail haché(es)
  • Des herbes selon votre goût : je mets du basilic et du thym
  • Quelques lamelles de jambon cru
  • Sel, poivre, huile d'olive

Préchauffez votre four t° 6 ou 7 (200°), et préparez et/ou étalez votre pâte dans un moule à tarte.

Piquez de quelques trous avec une fourchette, puis étalez de la moutarde (quantité selon votre goût)

Lavez vos tomates et ôtez les pédoncules, puis coupez-les en tranches assez fines. Disposez vos tranches en les faisant se chevaucher, et en débutant par le bord pour aller vers le centre. Lorsque toute la pâte est recouverte, insérez les lamelles de jambon cru entre certaines tranches de tomates, selon votre goût.  Parsemez d'ail ou d'échalotes, des herbes aromatiques, salez et poivrez (attention au sel, il en faut très peu si vous avez été généreux en moutarde et jambon cru) et ajoutez un filet d'huile d'olive.

Placez au four pour 15 à 20 min, la pâte doit être bien dorée. Bon appétit !!!