bilan image

Entre les Quais du polar le week-end dernier, et la fiesta d'anniversaire des 6 ans de ma mini-chouquette en vue, je risque de manquer de temps pour les chroniques cette semaine (et puis j'ai une interview au chaud aussi). Alors voici un tout petit bilan de mes deux dernières lectures...

Yell, Matthieu Biasotto

Bon bon bon, je crois que nous ne sommes décidément pas copains, Matthieu Biasotto et moi. De manière tout à fait subjective, j'ai du mal à entrer dans son univers. Ici, à part mourir de peur je n'ai pas été emballée, pourtant c'est bien écrit, original, et je pense que ça peut plaire à beaucoup de lecteurs (c'est dailleurs le cas). Amateurs de sensations fortes, lancez-vous ! Ames sensibles...hum, vous voyez. A déguster avec quelque chose de bien digeste, léger, je ne sais pas moi un délicat bouillon asiatique au poulet et aux asperges (oui je sais c'est précis mais j'ai une super recette)

Dieu pardonne, lui pas, Stanislas Petrosky

Quel plaisir de retrouver mon Requiem préféré ! Pour ceux qui ne le connaitraient pas, vous pouvez faire sa connaissance dans Je m'appelle Requiem et je t'... . Requiem, c'est un curé d'un genre un peu spécial, et dont les moeurs sont loin d'être aussi lisses que son crâne. Ce n'est habituellement pas mon style de lecture, mais je ne sais, pas, il y a quelque chose qui me plait dans la plume de Stanislas Petrosky et dans ce personnage de curé complètement déjanté (mais pas que). Dans ce deuxième opus, on retrouve Requiem en pleine forme, et bien décidé à défendre la veuve et l'orphelin, enfin surtout la veuve. Malgré quelques soucis de fautes d'orthographe et d'incohérence pour un personnage, j'ai passé un très bon moment, et je continue d'ailleurs de me régaler des titres de chapitres en contrepèteries (il m'en manque un seul !) et des bons mots de l'auteur. L'ensemble reste à mes yeux moins attractif que le premier tome tout de même, et j'espère retrouver Requiem au meilleur de sa forme très bientôt ! A déguster avec une joue de porc à la bière. (la bière pour Requiem, le porc pour...les porcs)