02 mai 2016

Surtensions

Énorme. Non mais, vraiment. Parce qu'on pourrait se dire, ok, Olivier Norek fait partie de mes chouchoux, il est drôle, sympa, proche de ses lecteurs,...je vais manquer d'objectivité. Alors en débutant ma lecture, je pensais presque à détester d'avance, histoire aussi de ne pas risquer le divorce avant le mariage. Et puis je l'ai ouvert, et voilà. Fichue. Commencé hier soir, terminé cet après-midi, et j'ai pourtant fait les courses, lancé le lave-vaisselle, fait une machine et une tarte aux tomates pour le dîner. Mais je m'égare. ... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 avril 2016

W3 tome 3 - Le calice jusqu'à la lie

Avant tout, je me dois de préciser que ce calice-là j'avais bien l'intention de m'en délecter, peu importe la souffrance, en raison de sa saveur toute particulière et de la belle dédicace qui l'accompagnait.  Et souffrance il y a eu, dans cet opus qui porte terriblement bien son nom. Qui pourrait imaginer que derrière le sourire angélique de Nathalie Hug et le calme apparent de Jérôme Camut se cachent les disciples diaboliques de Georges RR Martin* ? On dégomme à tout-va dans un rythme haletant qui laisse le pauvre lecteur... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 20:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 janvier 2016

D'après une histoire vraie

Ce livre, je n'avais pas vraiment envie de le lire, au final. Depuis D'autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrère, et une certaine prise de conscience du fait que je n'apprécie pas les livres qui parlent de la vraie vie. Ces livres qui s'appellent des romans, mais que je prends en pleine face comme des témoignages. Mais bon, ce livre, on me l'avait prêté donc il fallait que je le lise, et puis surtout j'avais envie d'un petit débat intérieur sur le sujet (c'est mon côté schizophrène). Juste pour être sûre. et là bim, clac, boum.... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 décembre 2015

Nous rêvions juste de liberté

Et moi je rêve juste de rencontrer un jour Henri Loevenbruck, et de pouvoir parler avec lui de son roman, qui a tellement l'air d'être un petit bout de son âme. De parler de tout le bonheur que j'ai eu à le lire, des émotions ressenties, des sourires, du coeur qui se serre, et de la formidable introspection que cette lecture a suscité chez moi. Il est des livres qui vous changent pour toujours, et Nous rêvions juste de liberté est l'un ce ceux-là. Ce roman est un peu un OVNI dans l'univers habituel de l'auteur,... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 novembre 2015

Sérum, saison 1

Non vous ne rêvez pas, j'ai bien écrit Saison 1, comme pour une série...Parce que Sérum n'est pas un livre comme les autres. Henri Loevenbruck (vraiment mon chouchou en ce moment) et Fabrice Mazza m'ont totalement scotchée avec leur scénario digne des plus grands thrillers, à la sauce 24h chrono. Si, si, vous vous souvenez forcément de Jack Bauer, qui avait 24h pour sauver le monde avec son téléphone portable. Ici, on aura quand même un peu plus de 24h, mais question rythme, Jacky peut aller se rhabiller. Tout est réuni pour un... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 novembre 2015

La passe-miroir - Les fiancés de l'hiver

Certains d'entre nous, (ils sont nombreux) (ok, j'en fais partie) ont du mal à se contenter d'un carré quand ils ouvrent une tablette de chocolat, ou d'un seul bonbon quand ils ouvrent un paquet, même s'ils savent qu'après ils auront mal au ventre. Pas de crise de foie en perspective, mais une gourmandise totalement addictive offerte par Christelle Dabos, dont c'est le premier roman. Et quel roman ! A un moment, quand les enfants crient, que le panier à linge sale déborde, on se dit, allez j'arrête pour l'instant, mais non... je... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 21:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 septembre 2015

Il faut qu'on parle de Kevin

Hébétée, horrifiée, bouleversée et navrée, voilà dans quel état me laisse ce fameux Kevin après quelques heures en sa compagnie. Kevin est un américain de 15 ans qui va tuer plusieurs de ses camarades de lycée, comme d'autres petits américains l'ont réellement fait aux Etats-Unis, notamment dans le tristement célèbre lycée de Columbine. Peut-être, comme moi, vous êtes-vous demandé un jour dans quel environnement ces adolescents avaient grandi, comment se sentaient leurs parents après les tueries. Peut-être même, si vous avez... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 août 2015

Yeruldellger

Oui je sais, j'avais dit pas de chronique au mois d'août...mais franchement, je ne peux faire autrement que de laisser une trace de cette magnifique lecture ! Yeruldellger, c'est le titre et le nom du personnage principal (toujours impossible à retenir après plus de 600 pages de lecture) de ce roman policier qui se déroule en Mongolie. La Mongolie, pour l'inculte que je suis, c'était un pays obscur fait de steppes glaciales interminables où des gens en manteaux de fourrure essayaient de se réchauffer dans des yourtes chauffées aux... [Lire la suite]
Posté par Enelye à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 août 2015

Malevil

Imaginez-vous, assis(e) tranquillement dans votre salon, à lire ces mots peut-être, et là...la fin du monde, celle que l'on redoute, celle qui remet les compteurs à zéro entre la Terre et nous, celle qui qui vous brûle sur votre divan. Cette fin, Robert Merle l'avait imaginée dans les années 70 et à Malevil, l'enfer laissera quelques survivants, qui vont tenter d'exister dans un monde atrocement vide. D'emblée, le thème est porteur, tant cette terreur de fin du monde est ancrée dans notre chair depuis l'âge de pierre, et l'auteur... [Lire la suite]
23 juillet 2015

Beignets de tomates vertes

Si j'aime autant les livres, c'est que dès la première page je plonge dans un univers, avec ses personnages, ses couleurs, ses odeurs, tout ce que j'imagine à travers les mots de l'auteur. Je suis l'un des personnages, j'habite en ces lieux, je respire le même air, et à la fin du roman, je suis en deuil de cet univers. Parfois, le deuil est rapide, mais souvent, je sais que le livre me hantera quelque temps. Le moins que l'on puisse dire est que Beignets de tomates vertes me hantera un moment. Ce joyeux fouillis de souvenirs... [Lire la suite]