bilan 4

D'emblée je dois dire que certains des ouvrages dont je vais vous parler auraient mérité plus que les quelques mots dont je vais les gratifier. Malheureusement, comme vous l'aurez constaté je manque cruellement de temps actuellement pour chroniquer, et même pour lire. Cela revient néanmoins, et me trouvant clouée au lit aujourd'hui (non non, je n'ai pas abusé du caramel), je vous propose un point sur mes dernières lectures.

Intelligences, de Jean-Luc Espinasse

Merci à IS Editions pour ce roman, que j'ai dévoré malgré quelques clichés, à mon sens, au sujet de la banlieue. En dehors de cela, j'ai trouvé l'idée très bonne, et y ai retrouvé quelques émotions du magnifique roman de SF Des fleurs pour Algernon. Intelligences devrait ravir les fans de SF et de romans d'anticipation, sur fond de réflexions politiques, humaines et...extra-terrestres. A déguster avec un petit plat moléculaire (vues sur le net, des tartelettes à l'air d'ananas que j'ai bien envie d'essayer)

Deux zéros et demi, de Guillaume Lecler

Voici le genre  d'O.L.N.I dont je suis friande, et qu'il est rare de savourer en France : un bon roman de fantasy humoristique. J'ai eu vraiment plaisir à retrouver chaque soir la plume satirique de Guillaume Lecler, pour des aventures loufoques au coeur d'un moyen-âge fantastique. Le tout m'a paru parfois un peu longuet, mais on passe un très bon moment avec cette lecture légère, enfin peut-être pas toujours tant que cela...à réserver aux fans de fantasy, comme à ses détracteurs, qui trouveront ici de quoi se réjouir avec les clichés des héros invincibles du genre. Idéal avec une tourte aux pigeons, sauf si c'est Georges RR Martin qui régale (GOT joke).

Enquête aux volets bleus, de Kate Oliver

Mes remerciements chaleureux à IS Editions pour la découverte de ce livre, auquel je n'ai malheureusement pas accroché. La couverture ne me disait déjà trop rien, et la lecture n'a fait que confirmer mon ressenti. Je n'ai adhéré ni aux personnages, ni à l'intrigue, et l'ayant lu il y a quelques semaines j'ai même du mal à en extraire des souvenirs. Toutefois je pense que ce roman peut trouver ses lecteurs, parce qu'il est bien écrit. A déguster avec une poelée de salsifis (bah oui, moi j'aime pas ça mais vous peut-être).

Druide, d'Olivier Peru

Ahhh, longtemps que je n'avais pas lu un bon gros pavé de fantasy ! Druide a tout pour plaire aux fans du genre, et personnellement je me suis régalée. Il est question de...druides évidemment, du bien, du mal, de sa frontière toujours si mince et floue, à l'image de la mystérieuse Cicatrice qui parcourt le pays...Pas un coup de coeur, mais pas loin ! A savourer avec une bonne viande fumée aux aiguilles de pin.

Le premier sang, de Sire Cédric

Je connais cet auteur depuis un certain temps, populaire qu'il est de par son talent et sa grande gentillesse (très bon acteur également, souvenir d'une murder party de folie aux QDP 2017) mais finalement j'ai lu peu de ses livres, surtout par peur du trop morbide. Fort heureusement, j'avais fini par sauter le pas avec De fièvre et de sang, et c'est tout naturellement que je me suis tournée vers sa suite, Le premier sang. On y retrouve Eva Svärta en proie aux flammes, à ses démons intérieurs et...extérieurs, dans un thriller haletant, mélangeant parfaitement polar et surnaturel. Une grande réussite pour l'un des meilleurs auteurs de thrillers de sa génération. Un régal, qui se mariera parfaitement avec une belle pièce de boeuf grillée (argh je suis horrible).

Au nom de l'Art, de Cetro

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis fan de cet auteur, qui nous délecte à chaque livre de son humour, sa noirceur, et son extraordinaire maniement de la langue française. Une fois n'est pas coutume, j'ai eu un peu plus de mal à entrer dans ce livre, en revanche une fois lancée, il ne m'a plus été possible de quitter Soraya ni les autres personnages de cette histoire glauque à souhait. Au registre des dialogues, je les ai trouvés un peu moins croustillants, tandis que l'intrigue m'a semblé un peu "too much", même si c'est souvent le cas chez Cetro pour moi. Au final, j'ai tout de même été emballée, et j'attends avec une impatience folle le prochain roman de Monsieur Cetro...à déguster avec une bonne pâtisserie pleine de sucre...si vous y arrivez...

Espoir sors-moi du noir, de Brian B. Merrant

Voilà bien le livre le plus atypique que j'aie lu depuis un moment, depuis Regis de James Osmont je pense. J'ai mis beaucoup de temps à lire ce livre, j'ai lu d'autres romans entre-temps, ce qui ne m'arrive jamais, pour souffler un peu,  parce que Espoir sors-moi du noir est très dense, que ce soit dans son style ou son contenu. Il n'est pas possible de le lire d'une traite, en remuant les macaronis, c'est un roman qui mérite que l'on s'y attarde, que l'on médite ce qu'il raconte, que l'on savoure sa poésie. L'auteur écrit divinement bien, tout en finesse, de ceux qui semblent nous rendre plus intelligents et meilleurs en les lisant. Merci Brian, j'ai adoré, et j'incite tous ceux qui attendent beaucoup d'une lecture à découvrir Espoir sors-moi du noir. Avec beaucoup de café et des biscuits, bien entendu.

Le bruit dans ma tête, de Nick Gardel

Un petit coup de mou ? Précipitez-vous sur ce court roman noir satirique et sur les basques de Yann Lebars, un employé de supérette qui va se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Au programme, rencontres improbables, coups tordus et vapeurs indiennes. Un moment bien sympathique, pour un auteur à la plume bien pendue. Je suis curieuse de découvrir maintenant les autres romans de Nick Gardel, en attendant je vous suggère la lecture du Bruit dans ma tête avec un ragoût de lapin dans un plat en terre cuite, façon amérindiens.

Le supplément d'âme, de Matthieu Biasotto

Oui je sais, j'avais dit plus de Matthieu Biasotto, mais bon voilà. Dès le début, j'ai été happée par cette histoire mêlant thriller et fantastique, cependant au fur et à mesure de ma lecture, mon intérêt à commencer à retomber. Jusqu'au final, sans plus. Pour moi il manque toujours quelque chose, pas grand-chose d'ailleurs, pour que les romans de cet auteur m'emballent. J'ai tout de même passé un bon moment, mais avec le début je m'attendais à mieux. A déuster avec un soufflé (oui je sais c'est nul).

Voilà, maintenant je poursuis Nuit de Bernard Minier, avant d'entamer Quand sort la recluse de Fred Vargas.