bilan 3

Petit bilan de 2 semaines de lecture, oups je n'ai pas eu grand appétit ces derniers temps ! Au menu pourtant, deux jolis coups de coeur, deux belles lectures et une décevante, arrêtée en cours de route...

La prunelle de ses yeux, de Ingrid Desjours

Quoi, quoi, quoi, ça se dit fan de thrillers et ça n'a jamais lu Ingrid Desjours ??!! Bon, he bien c'est fait voilà. Une lecture agréable, je n'ai pas grand-chose à reprocher à l'auteure qui a bien su me convaincre de la crédibilité de son intrigue, pourtant à l'arrivée le tout manque un peu de saveur, de piquant.  Il y avait pourtant tous les ingrédients pour un coup de coeur, mais je ne sais pas, ça ne s'est pas fait. Alors on passe un bon moment, mais difficile de dire pourquoi, je n'ai pas été transportée. A déguster avec un plat qu'on reconnaîtra les yeux fermés (je sais c'est nul), un bon poulet au curry pas exemple.

Play, de Franck Parisot

Ah, l'instant qui fâche...on m'avait prévenue pourtant, qu'il y avait du gore dans ce plat, alors bon j'y suis allée avec parcimonie, mais quand même. J'ai donc interrompu ma lecture lorsque j'ai successivement eu envie de vomir, m'enfuir sur une île déserte et me tirer une balle dans la tête, vers la page 173 je crois. Attention, mon but n'est pas de descendre ce livre, je pense qu'il peut plaire et c'est le cas pour beaucoup de lecteurs, mais pour moi c'est trop...à déguster avec...heu une eau gazeuse cirtonnée, pour la nausée.

Autre-monde 7 : Genèse, de Maxime Chattam

Des années que je l'attendais celui-ci, peut-être trop en fait, j'avais perdu le fil. Je ne saurais que conseiller aux lecteurs dans mon cas de relire la série avant de s'attaquer à ce dernier opus. Ceci étant dit, j'ai passé un bon moment tout de même, et ai retrouvé avec plaisir nos jeunes héros pour leur ultime combat contre le Mal. Ce Mal, je n'en dirai pas plus pour ne spoiler personne, mais j'ai trouvé son origine très intéressante, tout comme l'explication (enfin) de la grande tempête. Comme à son habitude, Maxime Chattam ne se contente pas de nous distraire avec son imagination fertile, mais il propose une critique de notre société qui m'interpelle et me parle. Toute la série Autre-monde est à prendre ainsi à mes yeux : une histoire qui fait rêver, frémir, et réfléchir, mais qui manque un peu de consistance dans l'écriture. A lire donc, avec une grosse salade verte, et quelques insectes frits, avant qu'ils ne deviennent géants et nous dévorent tous...

Et tu vis encore, de Corinne Martel

Ô joie, Ô coup de coeur, retrouvez la chronique entière ici.

Rural noir, de Benoît Minville

Ne le dîtes pas à mon mari, mais il se pourrait que ce matin, quand les enfants se sont réveillés, j'aie fait semblant de dormir pour finir la dégustation de ce roman noir 4 étoiles. Rural noir fourmille de sujets, de l'amitié à la désertification des campagnes, de la bestialité qui dort en nous au passage à l'âge adulte. On ne sait pas où Benoît Minville veut nous mener au début, et puis, comme une araignée tisse sa toile, tout s'emboîte, se recoupe, dans un tableau saisissant de fatalité. J'ai retrouvé beaucoup de moi dans ce roman, des souvenirs lumineux de balades dans la nature avec les copains, et d'autres plus sombres des temps qui changent. La plume est tranchante comme un rasoir, et pourtant la délicatesse est là, une part de sensibilité qui accepte de s'exprimer. Ne passez pas à côté de cette perle du roman noir, d'un auteur qui est également libraire, c'est vous dire si je compte bien le suivre avec attention. A déguster avec le boeuf bourguignon de mon beau-frère, parce qu'il sent bon le terroir et qu'il est délicieux.